Rejet des gilets jaunes : la peur de la contagion des pauvres ressurgit

Bonne année, bonne santé, surtout la santé hein … Bah oui. C’est con mais c’est bien une bonne santé qui permet d’assumer tout le reste … on l’oublie mais c’est quand même bien de se le rappeler.

Sur ces voeux, je reprends mon clavier pour me fendre d’un petit billet de nouvelle année qui fait écho à un phénomène que j’avais déjà remarqué par le passé mais qui me frappe avec le mouvement des #GiletsJaunes : le rejet et la peur des pauvres, des malheureux, des malchanceux, des malades des handicapés … des faibles, des vulnérables … la peur d’être contaminé.

Le négatif, ce qui semble être négatif fait toujours fuir. On vit dans une société qui prône la réussite sociale, le bonheur (concept quelque peu galvaudé et fourre-tout), donc forcément la vraie vie n’est pas si évidente pour beaucoup … … On a la pression de devoir réussir sa vie, ne jamais connaitre l’adversité quelle qu’elle soit et quand on la connait, on espere qu’elle ne se verra pas, on la planque du mieux qu’on peut pourvu qu’on passe entre les gouttes …

Pourtant nous sommes tous des familles « Little Miss Sunshine »… sur le fil du rasoir et c’est ce qui nous rend si humains

Tant qu’on n’est pas touché par le malheur, par la maladie, par la gravité de la vie, on ne peut pas comprendre, on s’en fout. Il n’y a que les personnes touchées par le handicap qui se soucient du handicap. Il n’y a que les personnes touchées par le cancer qui se soucient du cancer. Il n’y a que les personnes touchées par l’injustice sociale qui se soucient de la justice sociale … c’est comme ça. C’est égoïste, c’est individualiste, c’est opportuniste, c’est la nature humaine d’aujourd’hui.

C’est pour ça que les gilets jaunes emmerdent ceux qui s’en sortent. Ceux qui s’en sortent avec leurs petits avantages sociaux, leurs économies, leurs voyages, leurs biens, leur équilibre (mérité ou non). Ils ne veulent pas être touchés, ne veulent pas qu’on foute en l’air leur confort. D’un côté ça peut se comprendre mais ce qu’ils ne comprennent pas ces gens là c’est que du jour au lendemain, leur propre équilibre peut être foutu en l’air en un claquement de doigts pour n’importe quelle raison banale : perte d’emploi, accident de la vie, maladie, rupture ….

Alors c’est vrai ne nous leurrons pas : certains porteront toujours plus lourd que d’autres. La vie est injuste c’est une réalité: il y a des gens qui vivent bien toute leur vie et d’autres qui luttent toute leur vie. ça n’empêche qu’au bout du compte on meurt tous et on vit tous sur la même planète.

Peut être que tous ces gens qui nient ces masses populaires, ces classes moyennes déclinantes, qui méprisent les revendications de ces gens qui réclament avant tout une vraie justice sociale et fiscale, un équilibre économique (car c’est bien de cela dont il s’agit avant tout), devraient se poser la question : et si c’était moi ?

Tout le monde essaie de s’en sortir. Il n’y a pas de gens fainéants qui profitent du système. En tous cas s’il y en a ils restent minoritaires dans le bas de la pyramide. Mais on préfère dire que tous ces gens veulent le beurre et l’argent du beurre, ne connaissent pas la vraie précarité (parce que ceux qui disent ça la connaissent peut être ?), qu’ils devraient arrêter de se plaindre et penser aux autres pays où la vraie dictature existe, où les précaires le sont vraiment (c’est vrai que c’est un signe de progrès humain et social que de comparer avec pire que soi) , que si on est pauvre on ne va pas au Mac Do et on ne se paie rien (bah oui autant survivre jusqu’au bout) …

Je suis choquée de ce mépris mais pas étonnée… reflexe presque animal de fuir, enfoncer, détruire ce qui dérange, ce qui correspond à une épine dans le pied … mais gare au Darwinisme persistant : ceux qui survivent ne sont pas les plus forts en apparence mais ceux qui savent le mieux s’adapter et je pense qu’en matière d’adaptation les plus forts ne sont pas ceux réfugiés dans leur zone de confort.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s