BAH TU VIENS PLUS AUX SOIRÉES ? (Bah nan ch’uis plus invitée !!)

Bonjouuuur !

En fait je vous fais un bonjour en LSF (Langage des Signes Français) parce qu’en vrai j’ai une gorge totalement enflammée, et je suis aphone. En bref, je suis MALADE. Méga Crève. Maxi Kaputt.



J’entame mon J+2 de « work from home » … D’ailleurs en fait je crois qu’on bosse plus quand on bosse à la maison parce qu’on est sur son ordi dès 7h du matin jusqu’à 23h et des brouettes donc forcément… mais le bon côté c’est qu’on peut rester en pyjama et en mode « rouleau de printemps » dans un plaid en polaire, la bouilloire, le thé et le miel à portée de mains et la possibilité de faire une pause blog si on se sent un peu l’âme à écrire… ce qui est mon cas là tout de suite maintenant.

Si vous ne l’avez pas compris, je bosse dans les relations publiques depuis…1999 …ça fait donc…presque 12 ans… wow… pinaize je sais compter… euh… pinaize ça commence à faire un bail.

Il y a une chose que j’ai remarqué c’est qu’en fonction de mes jobs, mes amis et la qualité de ces derniers a fluctué… C’est marrant comme selon là où on bosse et le rôle qu’on a, le flot et le flux d’amis varient… et puis avec le temps, j’ai pu voir ceux qui valent la peine, ceux qui comptent vraiment, ceux qui sont clairement intéressés mais qui m’intéressent aussi comme ça on est quittes et ceux qui sont clairement intéressés et qui me prennent pour une pomme et là franchement, en fait fallait pas, donc au revoir… et puis ceux qui de toutes façons disparaissent parce que je ne les intéresse plus.


Ce premier choc je l’ai eu avec mon premier job. Mon premier job officiel, fut Assistante Marketing, chargée de relations publiques chez Burton Snowboards Europe pour la France. Rien que ça. Moi qui suis une ex snowboardeuse, une ex véliplanchiste, une ex groupie de surfers et surfland – Dieu merci la crise a été longue mais ça m’est définitivement passé – à 36 ans il était temps…, bref, je suis partie la fleur au fusil après des entretiens surréalistes à l’aéroport de Roissy CDG, à Annecy, en CDD (avec une promesse de CDi à la clé) pour un SMIC, logée en foyer de jeunes travailleurs (80% de cas sociaux drogués au chomage à l’enfance maltraitée) et je me suis donnée comme une bête pendant 6 mois…

Du haut de mes 24 ans, prêt étudiant sur le dos, n’y connaissant RIEN à la cruauté du monde du travail (sauf stages de fin d’étude et années de petits boulots d’étudiantes dans le commerce), et là j’ai découvert à la fois le pouvoir d’attraction et d’admiration que je dégageais auprès des journalistes, des amis, des prestataires… : Wouaaaaaah tu bosse pour Burtooooon la claaaaasse ! Oui c’est vrai que c’était la classe. Le seul hic, c’est que j’en ai pas vu la couleur. Je bossais chez leur importateur dont ils voulaient se débarrasser, j’étais parisienne, j’étais tombée sur LA nana de la bande du bureau qui voulait marquer son territoire et me montrer que c’était ELLE la reine, bref, ça s’est tellement bien passé que j’ai fini dans un bureau du hangar du SAV à limite taper sur mon clavier avec des moufles tellement je me pelais, à avoir un job parallèle d’assistante sociale / psy dans mon foyer de jeunes travailleurs,  avec un CDi qui en fait était un contrat de freelance à Chamonix totalement bancal et qu’au lieu de rester sage chez mes parents à mettre des sous de côté, j’y ai laissé à l’époque 3 500 francs de frais de déménagement / garde meuble… pour rien… mais pour se faire pardonner j’ai pu avoir une board, des fixations, des chaussures et une tenue complète… TTC ça valait bien les 3 500 francs… Donc ouais… pas mal de frustration mais en attendant j’ai très vite compris que quand on dit bosser pour une marque qui a de la gueule, qui fait envie, on suscite l’admiration…et on a plein d’amis qui espèrent récupérer des bons plans… ouais ouais….

ensuite il a fallu que je bosse pour de vrai alors je suis partie en agence, dans le high tech à Londres… et là j’ai appris, j’ai appris … dans l’ombre… mais j’ai appris le métier, j’ai découvert la psychologie, l’art de la manipulation, la stratégie…

Et puis j’ai mis un pied dans l’univers du tourisme… Et pas des destinations de merde hein… des beaux pays d’Océanie avec des kangourous et tout… et là ! Tout à coup vous avez plein d’amis !! Oui oui, vous êtes sollicitée, adulée, chouchoutée, on vous envoie des gentils messages, on vous invite aux soirées, on a envie de vous … Non en fait on n’a pas envie de vous… On a envie de ce pour quoi vous travaillez… Pfff… Naïve ! Mais bon ça fait plaisir de faire plaisir, on est pris dans un tourbillon de popularité grâce à son métier, c’est chouette.

et puis j’ai continué mon parcours… Alors clairement être « chez l’annonceur » ça attire plus qu’être en agence quand on est dans les RP … on a plus d’amis quand on fait vraiment partie de la bande… quand on INCARNE la marque… tout à coup on est un peu moins « la petite attachée de presse » … mais bon… Les gens sont quand même sympas avec les « attachées de presse en agence » parce que quand même, ça passe aussi par eux… enfin elles… enfin eux … 🙂


Je suis repassée à SurfLand – pas longtemps, un truc express – et là j’ai senti la vaaaaaague de popularité gonfler… et hop hop ça s’est essoufflé et j’ai découvert un autre univers, celui de l’hôtellerie de luxe… Un univers que j’aime énormément… enfin l’hôtellerie. Le fait qu’elle soit de luxe BIEN SUR ne fait que rendre les choses plus plaisantes. Au niveau humain c’est une de mes plus belles expériences. C’est une vraie famille l’hôtellerie. Un savoir faire, un amour des métiers (il y a plusieurs métiers), des gens souvent très gentils, bosseurs, humbles, bref… j’ai adhéré à fond. Le fait que ce soit dans le luxe dans mon métier, vous donne accès à des possibilités créatives larges (pour peu qu’on vous donne carte blanche et qu’on vous donne un peu de budget aussi ;)), mais c’est là aussi où j’ai eu le plus d’amis……

Comme j ‘en ai eu des cadeaux, des invitations glamour, des déjeuners, des ma biche ma poule, des embrassades… Vous allez me dire : euh… tu fais des RP c’est normal… Ouais je sais, c’est normal. Le côté Ab’Fab, fait aussi partie du métier, on a du mal à s’en détacher. Mais moi c’est plus fort que moi je suis toujours en quête d’authenticité dans mes rapports, dans mes relations aux autres. j’ai besoin de regarder droit dans les yeux pour sentir si ça passe, pour sentir si c’est vrai… On voit tout de suite quand ça sonne faux, on voit tout de suite quand c’est intéressé…


Je ne dois pas être une RP normale parce que je n’aime pas qu’on tourne autour du pot. Je préfère quelqu’un de cash qui me demande clairement une piaule gratos dans un super hôtel à New York – avec une contre partie négociée – que qqun qui fait semblant d’être mon ami pour arriver à ses fins. Franchement je supporte pas.

Ce qui est blessant, enfin ce qui peut être blessant, c’est de voir qu’une fois qu’on ne fait plus ça, une fois qu’on n’est plus dans le circuit, les relations qu’on imaginait un peu plus sincères, s’étiolent aussi … parce que c’est ainsi que va la vie… déjà sans aucun intérêt les amis de toujours, les fidèles, on a du mal à les conserver, à entretenir les relations parce que la vie, tout ça… mais alors quand à la base il y a le travail, je n’en parle même pas…

Certains je le sais me gardent sous le coude « pour au cas où » … Oui parce qu’entre temps j’ai du m’éloigner de l’hôtellerie de luxe, j’ai du m’éloigner du tourisme, j’ai connu le chômage (baaaaah ça pue le chômage c’est contagieux, c’est pas attractif le chômage vas y casse toi tu pues !) … Naaan j’exagère un peu… MAIS, force est de constater que SUBITEMENT, j’ai eu MOINS d’amis !!

Avant ma page facebook était le reflet de ma vie professionnelle. Plus maintenant. Je me suis vachement calmée sur le mélange perso / pro …Et puis maintenant je bosse plus dans un truc qui attire les branchouilles et les glamour.alors de toutes façons ça ne sert à rien que je me force en plus…

Je reçois encore des emails, des sms, des demandes de « services » liés à mes compétences… ça c’est le côté rassurant… Quand des gens vous demandent conseil ou vous utilisent comme référence « test » pour être sûrs qu’ils vont dans la bonne direction,  on se dit qu’on n’est pas encore trop devenu détestable à ce point…

Alors en en effet, pour paraphraser Omar & Fred on pourrait me dire : « bah tu viens plus aux soirées ? »  et moi je pourrai répondre : « bah non, je suis plus invitée » :)) ah ah ah !


Bon. Il ne faut pas y voir de l’amertume dans tout ça. Je n’ai jamais été fan des soirées paillettes aux relations fausses, je n’ai jamais cautionné les rapports intéressés… j’aime la vérité. J’aime la sincérité dans les rapports humains. J’aime quand il y a une âme, quand les gens ont vraiment de la classe. Le reste c’est de l’arrivisme, de la pacotille d’un microcosme auquel je n’ai jamais appartenu… et puis tant qu’à se côtoyer et se pratiquer pour le boulot, autant que les choses soient claires dès le départ… Si après ça se passe bien et que des rapports humains de qualité naissent, c’est du bonus. Mais le faux copinage, merci, mais non merci.

Je sais que j’ai une petite réputation de « pas commode »… peut être « pas sympa » pour certains, j’assume… je suis pas là pour chercher de l’amour… Enfin s’il y en a quand même c’est toujours mieux mais je crois que ça y est. J’accepte que dans le monde du travail, on n’est vraiment pas au pays des bisounours… on appelle un chat, un chat… et ceux qui essaient d’être tordus, c’est sans moi ou alors gare à eux car je ne suis pas dupe et si on m’utilise à mon insu, j’utiliserai en retour au centuple…


allez… Bonne journée hein ! Un peu de champagne peut être ? 🙂

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s