Les #gros vous demandent de leur foutre la paix.

Saison estivale oblige, on se prend – essentiellement nous les filles – l’obligation de présenter un corps acceptable: en short, en robe, en maillot, il faut cacher ce gras, le supprimer à tout prix, gommer cette cellulite disgrâcieuse …. HELP.

Mais en même temps, il y a plein de voix qui s’élèvent sur le ‘body positive’, la fin du ‘body shaming’, les grosses qui s’acceptent et revendiquent le droit d’être comme elles sont (désolée cela semble un sujet majoritairement féminin même s’il y a des hommes dans le lot).

Moi je suis entre les deux. Je ne revendique pas mon surpoids mais je l’accepte mieux (sauf sur la plage). La grosse moyenne. Pas mince, pas obèse (quoique selon l’IMC je commence à me rapprocher depuis quelques mois dangereusement de la limite qui fait si peur). En gros si je perdais 15 kilos ça serait idéal. Eh oui. Petite rondelette, des kilos cumulés depuis des années yo-yo,  après un bébé, du stress et de la contrariété à volonté, je suis une mangeuse compulsive.  Je mange mes émotions. J’ai passé ma vie à être au régime (depuis mes 14 ans) et j’ai quand même trouvé le moyen de faire le yo-yo en pente ascendante. Comprendre par là que plus les années se sont écoulées et plus mes reprises de poids après perte ont été plus importantes ) chaque fois. Et aujourd’hui, je prends parole sur mon petit blog de rien, parce qu’après deux années infructueuses sur Weight Watchers online, appli la plus vantée, car la plus humaine, plus équilibrée (c’est vrai), des reprises abandon du régime du Dr. Fricker qui est quelqu’un qui me connaît depuis mes 26 ans, que je respecte infiniment et aime beaucoup, j’en arrive au point de non retour du : fuck les régimes.

J’ai lu le petit pamphlet sur la grossophobie « Gros n’est pas un gros mot » du collectif Gras Politique porté par Daria Marx et Eva Perez-Bello et ça m’a fendu le coeur, tellement c’est d’une vérité implacable et que j’invite tous les minces à le lire (les gros aussi).

9782290101780

Et je me suis plongée dans « Maigrir sans régime » du Dr. Jean-Philippe Zermati …. j’étais allée voir il y a quelques années le Dr. Gérard Apfeldorfer, psychiatre spécialiste des TCA (Troubles du Comportement Alimentaire) car j’avais déjà bien compris que chez moi le problème ne tient pas qu’au régime.

71fWutqdkiL.jpg

Entendons nous bien : je n’ai pas envie de rester grosse. Je ne suis pas grosse dans ma tête. Ce n’est pas moi. Et puis tant qu’a faire j’aimerai mieux ne pas avoir les cuisses qui frottent en été et pouvoir porter des mini shorts et m’habiller le matin sans me poser de questions ou ne pas lutter pour savoir comment je pourrai avoir l’air plus jolie et moins grosse quand je vais passer des entretiens de boulot …

J’aimerai aussi pouvoir être certaine que lorsqu’on me refuse un boulot ce n’est pas aussi à cause de mon physique … et ça j’ai des gros doutes sur le sujet, surtout dans certains secteurs. En même temps, même moins grosse je n’ai jamais été une fille à tailleurs-talons. ça m’emmerde les talons. J’en ai déjà parlé dans un de mes blogs. Moi je suis une fille en jean boots tout terrain avec 10 ou 15 kilos de moins. Mais je suis lucide. Je travaille dans un métier de représentation, donc forcément, il faut répondre aux standards et je sais que faire 15 kilos de moins aiderait ma carrière. Je ne suis pas dans le déni.

Je sais aussi que j’aurai plus confiance en moi, que je pourrai faire plus de sport, bref, je sais que beaucoup de choses iraient mieux si je pesais moins lourd. MAIS, car il y a un mais, il faudrait aussi qu’on me foute la paix. Tout le monde se sent obligé de vous sortir sa science, ses croyances, ses méthodes infaillibles sur la perte de poids. Surtout les proches. Moi je suis PhD en régimes. Entendez par là que je suis incollable. Le métabolisme, les hormones, l’alimentation, je suis sur le sujet depuis mes 14 ans. J’en ai 42. Et en plus j’ai toujours adoré la biologie même si j’étais nulle en maths donc autant dire que quand on commence à me donner des leçons sur comment je dois m’y prendre pour perdre du poids, je me marre (ou je m’énerve, aussi).

Je parle de moi parce que forcément c’est plus simple mais je sais que je suis loin d’être seule et que ça fait longtemps que ça dure pour beaucoup d’entre nous : la culpabilisation au moindre écart et perte de contrôle, l’épuisement de vivre sous contrôle, la culpabilisation tout court, la baisse de l’estime de soi, la crainte de la moquerie, le sentiment de honte, les regards des autres, la terreur du 1er jour en maillot à la plage (car en plus d’être gros on est blanc comme un cachalot),  la restriction extrême, la lancinance des donneurs de leçons, la famille qui s’en mêle pétrie de bonnes intentions (mais on sait que l’enfer est pavé de bonnes intentions), les pesées qui te donnent le sentiment d’aller au casse pipe, les pertes euphoriques suivies de reprises, le sentiment d’echec inoui et le desespoir de se dire qu’on y arrivera jamais tellement ça fait longtemps que ça dure …

C’est formidable ce que la grossophobie à engendré, ce que la course à la performance de notre société a fait comme dégâts. Dans la croyance de la société, tout est une question de volonté : si on est gros, on a qu’a faire un régime et s’y tenir. Bah oui bien sûr. Super, pourquoi j’y avais pas pensé ? Des années que je ne mange ni pain, ni sucre, que je ne bois pas de sodas ni d’alcools … et je suis quand même trop grosse. C’est con hein? Des années que je fais du sport avec plus ou moins d’intensité et pourtant: je suis toujours trop grosse ! Faut arrêter le fromage ! Je n’en mange presque jamais…. Bon ok, parfois je craque pour du pain et du beurre… Bon. Du beurre au pain, soyons honnête.

Mon problème ? La compulsion émotionnelle ET le fait que mon corps, mon métabolisme s’est habitué à la restriction et puis aussi mon patrimoine génétique parce que voilà, on est pas maigrelets dans une partie de ma famille. Je me suis déréglée avec les régimes depuis mes 14 ans. J’ai même pris plein de médicaments à l’époque : Isoméride, Dinintel, Alli … je crois que j’ai pris tout ce qui se faisait sur le marché. Certains trucs dont je n’avais tellement pas besoin plus jeune car je n’étais pas grosse… mais je croyais que je l’étais et on me répétait tellement que ma vie serait mieux si j’étais moins grosse que je le croyais et je me plongeais avec passion dans cette perte de poids.

J’ai de la chance dans mon parcours de ne pas être en obésité morbide. J’ai toujours un regard bienveillant sur l’obésité morbide car forcément il y a d’autres incidences que le simple manque de volonté et l’ingurgitation de nourriture à haute dose.

ça serait bien que les gens minces, proches et moins proches, nous foutent la paix déjà pour commencer. On sait ce qu’on doit faire et pas faire. On a pas besoin de regards réprobateurs, de remarques à la con car on est déjà assez malheureux d’être comme on est. Je défie tout gros de ne pas dire qu’il ne préfèrerait pas être mince. Même ceux qui s’acceptent. On a surtout pas besoin qu’on nous dise que c’est une question de volonté car la volonté ne résout pas tout. Et pour certains, la volonté a été tellement présente, tellement quotidienne qu’à un moment donné on a juste envie de dire : stop, pause, 123 terre je ne joue plus.

L’approche dans la perte de poids doit être globale mais une chose est sûre, il faut absolument que l’entourage, la société, foute la paix aux gros. Ce sera la seule façon de s’en sortir. Foutez nous la paix. En règle générale, foutez-vous la paix à tous. Arrêtez de juger, de donner des leçons aux autres sur comment mieux vivre sa vie, mieux éduquer ses gosses etc. …

On fait tous ce qu’on peut. Alors un peu de bienveillance vraie, ça changera.

A bons entendeurs, merci.

chunk-the-goonies.jpg

Petite soupe thaï – Curry vert de poulet (à ma façon)

J’ai prévenu, cette semaine je dois rattraper mon immense retard en blog… Alors pour ce qui concerne la cuisine, j’ai beaucoup cuisiné mais pas mal raté mes recettes alors du coup, pour changer, ça me démotive… il faudra que je donne ma recette de brownie totalement dingue mais là, comme j’ai un peu d’entraînement je voulais partager avec vous cette petite recette super rapide, super simple et SUPER BONNE. Enfin si on aime le curry vert, le lait de coco, …

Je croule sous les livres de cuisine. Enfin pour ma petite cuisine et mon petit appart je commence à avoir pas mal de bouquins. Mais j’adore ça…
Et pour la Saint Valentin, mon chéri m’a offert deux petits livres… un livre sur les recettes indonésiennes « Bali » aux éditions Marabout, un autre de recettes Thai.

thai chicken 1

Ce qu’il faut pour 2/3 personnes :

– 2 grosses escalopes de poulet (de préférence fermier mais standard ça passe aussi)
– Pate de curry vert – 2 cuilleres à soupe
– 1 gros oignon émincé très fin
– 1 citron vert (zeste + jus) – voire 2 citrons si pas assez juteux
– 1 botte de coriandre fraîche
– 2 briques de lait de coco
– 0.5L de bouillon de volaille (1 cube de volaille type maggi si pas possible maison)
– 2 petites courgettes en dés
– 8 feuilles de kaffir séché
– Riz Thaï ou Gluant
– Huile d’olive (1 Cuillere à soupe)

Ustensiles:

– 1 cocotte ou sauteuse assez profonde
– 1 spatule en bois
– 1 grosse casserole / fait tout pour le riz

Etape no.1

– Emincer l’oignon très finement
– couper le poulets en dés et réserver
– laver les courgettes et couper en dès
– laver la coriandre et la hacher
– préparer le zeste du citron vert et le jus de citron vert et couvrir avec un peu d’alu ou une soucoupe
– préparer le bouillon de volaille et réserver
– Lancer la cuisson du riz

Etape no.2

– Faire transpirer l’oignon émincé dans l’huile chaude pendant 5 min.
– Rajouter les 2 cuillers de curry vert et chauffer pendant 2 minutes
– Rajouter les 2 briques de lait de coco
– Rajouter le bouillon de volaille
– Rajouter les feuilles de kaffir
– Porter à ébullition pendant 3 minutes puis baisser à feu moyen – doux

Etape no.3

– Rajouter les dès de poulet
– Rajouter les dès de courgettes
– Rajouter le jus de citron vert et le zeste

Laisser chauffer à feu doux le temps que le poulet cuise. Remuer régulièrement et goûter…

Servir dans un bol en parsemant de coriandre fraîche hachée et dans un autre petit bol à côté le riz gluant ou Thaï

Déguster, se régaler et se resservir… parce que c’est drôlement bon !

thai soup final

La collecte des Banques Alimentaires, c’est ce WE ! 23 & 24 Novembre 2012

Oyé Oyé !

C’est ce WE que tout le monde, avec ce qu’il peut, même un paquet de farine, même une bouteille d’huile, même une conserve, c’est ce WE que chacun de nous pouvons donner de la façon la plus facile qui soit.

On fait ses courses et en parallèle on fait quelques courses pour la banque alimentaire.

C’est le moment où jamais de montrer que nous sommes une société solidaire, à l’heure où on parle tant de la crise, de la dégradation de la note de la France par les organismes financiers, où la Commission Européenne évoque des coupures budgétaires pour les associations d’aide humanitaire.

Alors même si pour tout le monde c’est dur, dites vous que pour certaines personnes c’est encore plus dur et que manger, se laver, ça reste toujours compliqué…

Mais parfois, les images sont plus parlantes que les mots … je vous laisse regarder ce petit film de la Banque Alimentaire qui est plus que convaincant :

Alors, on y va ?

LE DAKOS CRETOIS – FACILE, FRAIS ET MEGA MIAM

Bonjour bonjour ! Je suis de retour de Crète !

Ah c’était bien la Crète, c’était bien la mer bleue, la Mythos, l’Ouzo… le raki …


Bon. N’attendez pas de moi des recettes de dingues les amis… genre le Baklava, la Moussaka, etcetera, ça sera DAKOS et puis c’est TOUT !

Régime Crétois, Régime Crétois, je veux pas dire mais ils mangent beaucoup de pâte feuilletée à l’huile les Grecs ! Ceci dit, moi j’ai adoré … Enfin vraiment. On a super bien mangé. D’ailleurs si vous y allez, et que vous allez comme nous dans le Sud dans la région de Paléochora, surtout, n’hésitez pas à aller chez INOCHOUS (phonétiquement c’est ça). Un vrai restau familial, cuisine minute, poisson frais du jour, bref, on s’est fait quasiment tout le menu avec mon chéri, c’était un peu notre cantine et évidemment, pas cher…

Une moyenne de 23 euros pour 2 entrée plat, mythos / ouzo / vin de pays et en dessert, toujours offert le petit verre de Raki avec mini baklava. Le dernier jour ils nous ont offert double Mythos et pichet de raki… je vous dis pas, on était un peu guillerets en fin de repas !

D’ailleurs, NB: les demi là bas ça n’existe pas. C’est pinte direct et pis c’est tout ! C’est peut être à cause de la grande quantité de touristes Allemands et Anglais… et puis ils rajoutent des frites un peu partout, Gyros compris :))

Revenons au coeur du sujet : LE DAKOS

c’est QUOI un Dakos ? Eh ben c’est une sorte de gros krisprolls ROND sur lequel est posé de la pulpe de tomate fraîche bien juteuse et sur la quelle on met du fromage de brebis frais qui ressemble à de la Brousse ou Cottage Cheese avec des fines lamelles d’oignon rouge, des petites olives noires, de l’origan et surtout, de l’huile d’olive à profusion ! On laisse s’imbiber 10 minutes et on déguste bien frais en brisant à la fourchette… et franchement, c’est Boooooon !!!

Alors idéalement c’est d’avoir les vrais ingrédients mais l’alternative doit être possible avec du pain dur croquant !

Donc on récapitule

Des pains croquants complets façon Krisprolls
De la pulpe de tomates
Du fromage de Brebis frais ou Cottage Cheese ou Brousse
De l’origan
Des lamelles d’oignons rouge
De l’huile d’olive
Des petites olives noires

C’est facile, c’est bon et pas cher …

Bon. En vrai j’ai aussi ramené un livre de cuisine Crétoise… On verra si j’ai la patience de me lancer 🙂

Je l’ai testé : la fabrique à Hot Dog de la Rue du Fbg. Saint-Denis

Oyé Oyé !

Pas le temps de poster une recette mais comme je travaille à côté, comme j’avais envie d’essayer le nouveau spot à Hot Dog Parisien décrit de façon très alléchante sur Do it in Paris par leur super food reporter :


je me suis dis allez hop ! On y va on va voir 🙂


Coup de bol, a 13h10 il n’y avait pas une heure de queue avec risque de rupture de stock de saucisses! Bon. c’est minuscule, ça fait limite un peu petit boui-boui mais c’est sympa. Deux jeunes, un mec, une nana, très aimables.

ça a l’air propre. Le bordel, mais propre. 3 recettes au choix pour 4 euros le hot dog:

New Yorkais : Pickle, Moutarde au miel, choux, oignons frits
Chili : Poivron, chili, oignons frits
Oignons frits (seulement)

Bon j’imagine que dans l’absolu on doit bien pouvoir customiser son hot dog :-).

Des saucisses ma foi du genre Knacki géante, de la moutarde French’s, des pains à hot dog comme la bas dis !

Moi j’ai aimé la formule Hot Dog + Jus de fruit XXL pour 7 euros. Parfait pour mon ticket restau à 7.65€ (ils font des avoirs)

Et puis ça donne bonne conscience : hot dog certes mais paies tes vitamines et tes fibres avec le jus frais made devant toi !

D’ailleurs, le garçon – en charge des jus – à la bonne idée pendant que je suis encore dans la queue de demander qui voudra un jus? (optimisation du temps d’attente!)

J’ai pu choisir et mélanger. J’ai donc pris Carotte / Gingembre ! Alors par contre je lui dirai mais il y est allé franco sur le gingembre, la vache ! il arrache mon jus ! j’en ai eu des petites sueurs autour du nez ! mais bon, avec ça je vais avoir la niak pour tout l’après midi !

Le Hot Dog en lui même ? Bon. Pas à s’en taper les fesses par terre – en même temps n’étant jamais allée à NY je ne sais PAS si ça a le goût du VRAI hot dog new-yorkais. Ah oui, j’ai pris le « New Yorkais »

C’était bon. Franchement pour 4 euros et pour un Hot Dog on peut pas demander un truc DINGUE non ?

ça a pas un look super avenant mais voilà. L’oignon frit c’est l’oignon frit de supermarché hein… je m’attendais bêtement à un truc plus « fait maison ».
(Désolée mes photos de hot dog se tournent dans l’autre sens quand je les insère moi pas comprendre, moi blonde…)

Enfin. Il y a du débit c’est clair, c’est frais, c’est propre(en tous cas ça semble propre), les personnes qui servent sont très aimables et emballent bien les articles, vous demandent si vous voulez des glaçons dans votre jus avant de vous les imposer, oublient pas les serviettes en papier… pour une fille comme moi qui est abonnée aux déjeuners devant son ordi, ça me va très bien, une fois de temps en temps !

Juste pour les jus avec le gingembre… mollo 🙂

Allez a plus tard !

DINGUE DU CLAFOUTIS CERISE (Recette méga miam Inside)

Bonsoir bonsoir !

J’ai des recettes à publier et en retard et je vais les mettre … j’ai notamment un « pad thai light » un peu improvisé pas mal mais bon ça prend du temps et du temps j’en manque alors restons de saison !

J’ai trouvé une recette de clafoutis aux cerises dans l’almanach perpétuel de cuisine de Stéphane Reynaud super méga bonne ! Le livre « été » …

Mon chéri l’a trouvé méga bon et meme s’il me dit qu’il y avait un peu trop de sucre et de beurre, je veux pas dire mais il s’en est servi un peu 4x aujourd’hui !

Alors ce qu’il faut pour 6 personnes

500 grammes de cerises type bigarreaux (des grosses cerises bien mûres)
60 grammes de farine
20cl de lait (entier bien sûr)
10cl de crème liquide (entière of course !)
3 oeufs (gros fermiers de préférence)
100g + 120g + 20g de sucre blanc extra fin
20g de beurre

1) préchauffer le four à 180°

2) Dénoyauter les cerises (moi je préfère parce que se casser les molaires à chaque morceaux même si il paraît que ça donne du goût et tout, moi ça me gâche mon plaisir!)

3) Mélanger les 100g de sucre avec les cerises dans un récipient

4) Mélanger farine, lait, oeufs, 120g de sucre avec un fouet

5) Chemiser le plat avec les 20g de beurre et les 20g de sucre (ça va faire caraméliser)

6) Disposer les cerises au sirop sucré dans le plat chemisé

7) Verser la pâte liquide

8) Mettre au four 30min. et surveiller

9) Sortir du four, laisser tiédir et déguster tiède ou froid

Régalez vous bien ! La prochaine fois je vais garder la base mais essayer avec des abricots et j’enlèverai peut être un peu de sucre… on verra 🙂

Crumble Récup : pomme banane coco avec flocons d’avoine ! c’est MIAM !

Bonjour tout le monde !

Je préviens, recette totalement improvisée MAIS qui s’est révélée super bonne (j’ai goûté) …

J’avais 5 bananes bien mûres sur les bras… et 2 pommes un peu vieilles elles aussi…

Le genre de fruits qu’on ne peut pas manger cru…

Et j’avais ce sachet de noix de coco râpé entamé… et ce gros morceau de beurre qui était là à attendre…

Ni une ni deux c’est parti !

1) Préchauffage du four à 150

2) Sortie du beurre pour le laisser ramollir un peu

2) Préparation d’un plat à crumble – petit plat à gratin Tefal

3)Épluchage / découpage des fruits extra murs et disposition des petits morceaux dans le plat

4) Verser un filet d’arôme vanille sur les fruits découpés et disposés dans le plat

Dans un récipient à part j’ai mélangé

200 grammes de farine fluide
180 grammes de sucre roux cassonnade
80 grammes de flocons d’avoine
4 cuillers à soupe de noix de coco en poudre
160 grammes de beurre que j’ai découpé les morceaux de beurre un peu ramolli (des petites tranches de beurre)

Et j’y suis allée avec les mains (bien propres) et j’ai malaxé pour former le crumble. Il faut que ça fasse des vraie petits morceaux agglutinés par le beurre donc si vous devez rajouter du beurre, allez y. Le malaxage doit durer presque 10 minutes

Une fois la pâte à crumble acceptable, versez là de façon uniforme sur les fruits. Certains aiment plus ou moins de pâte mais pensez bien au côté petits amalgames de pâte parce qu’en cuisant ça va croustiller!

et HOP au four ! pour moi c’était 30 minutes car j’ai un four qui crame alors je surveille tout le temps….

Evidemment, sortir et laisser refroidir et déguster froid ou tiède avec ou sans boule de glace vanille !

En tous cas l’alliance flocons d’avoine au crumble avec la noix de coco et la banane, c’est vraiment pas mal 🙂