VICTIME DE LA MODE ?

J’ai écris cette vignette à 25 ans… il y a 10 ans… Aujourd’hui finalement, je me dis que les choses n’ont pas vraiment changé …


VICTIME DE LA MODE ?


Je me sens rebelle. Anticonformiste dans l’âme, mais j’ai des valeurs, des principes. Des convictions profondes dénuées de tout matérialisme. Presque. Je suis moi aussi un être issu de la société de consommation. Je sais ce que ça veut dire acheter. Acheter pour assouvir un besoin. Un besoin réel ou pas. Pas vital, c’est certain. Besoin de consommer pour rester intégré. Rester à la mode.

La mode. Le petit détail qui tue. La petite touche supplémentaire qui vous rend commun parmi le commun des mortels. Enfin, une partie du commun des mortels. Celui du microcosme dans lequel nous évoluons. La mode n’est pas la même selon le pays où, nous nous trouvons. Quoique, avec ce que les économistes appellent la globalisation voire même mondialisation, tout finit par s’uniformiser. Nous finissons tous par nous ressembler. Même les Japonais ont troqué leurs kimonos pour les derniers tailleurs Agnès B., Gucci, Christian Dior, sans oublier l’indispensable sac Louis Vuitton à 80.000 balles minimum.

A une plus petite échelle, à un niveau plus « cheap », il y a nous, moi. La société me complexe. Je ne suis jamais assez bien. Surtout depuis que Photoshop a envahi les studios photos des magazines féminins représentant des femmes en dehors des réalités statistiques. Surtout depuis que rondeurs sont synonymes de laisser aller, surtout depuis que maigreur est synonyme d’anorexie…

 

On entend toujours des bruits de couloir qui nous laissent espérer qu’en fait nous sommes l’idéal féminin, sauf qu’en ce qui me concerne, les hommes que je préfère moi, préfèrent des créatures conformes aux nouveaux standards de beauté. Oui la beauté ça ne veut rien dire, en attendant, on continue de plébisciter le 90-60-90. Si 90-60-90 était un ensemble de mesures garantissant une santé de fer et une longévité certaine, je crois que ça n’aurait pas le même impact dans l’esprit des gens.

Aujourd’hui, si on est dodu, cela implique tout de suite une notion de culpabilité, de dévalorisation systématique parce qu’on est pas dans la norme 90-60-90. Le détail qui tue s’applique à la poitrine, au nez, aux fesses, aux mollets… Alors, il faut « s’arranger », « tricher », en consommant. Un Wonderbra et on passe du plat 80B au plus généreux 85C, un slip spécial ventre-plat permet de cacher ces bourrelets qu’on ne saurait voir, du cache misère cosmétique pour atténuer la proéminence d’un nez qui veut trop se montrer, des lentilles de couleur pour passer du marron yeux de cochon au vert yeux de vipère, des teintures pour cheveux pour passer du simple châtain au roux flamboyant…

Et puis encore et toujours, des vêtements, des sacs, des chaussures et autres accessoires à profusion, pourvu qu’on ne reste pas à la traîne, pourvu qu’on ait une chance grâce à tous ces artifices de nous en sortir. Pour séduire, encore et toujours. On ne sait toujours pas qui par contre…

Je souffre de voir le mal que se donnent certaines femmes. Les douleurs physiques qu’elles s’infligent m’affligent. C’est simple, je voue une admiration profonde pour toutes les femmes qui portent des chaussures extra pointues aux talons hauts et effilés, aussi facilement qu’elles porteraient une paire de godillots de marche. Je reste sciée en les voyant sprinter le matin dans les couloirs du métro, impeccables pour la plupart, puant Chanel, Guerlain ou Calvin Klein.

Les femmes sont fabuleuses, mais au final, qu’est-ce qu’on s’emmerde la vie quand même non ? Mon côté sûrement un peu rustique me fait réaliser qu’on finit à poil de toutes façons alors … tout ça pour ça ? Il est terrifiant de constater ce par quoi une femme se sent obligée de passer pour finir nue dans les bras d’un homme. Les hommes ne se rendent pas compte le mal qu’on se donne pour eux. Certaines finissent par trouver ça normal. Un B.A.BA de la féminité.

Vive la beauté mais à bas l’artifice. Vive le respect de soi mais au diable tout narcissisme inutile. En d’autres termes, on peut vouer une adoration à Chanel, Guerlain et Calvin Klein sans s’asperger la moitié de la bouteille tous les matins.

Ce n’est pas de notre faute. Nous sommes victimes après tout. C’est ça qui est terrible. De la manipulation à l’échelle mondiale. Même la vague Zen implique de la consommation. Il faut consommer Zen pour être Zen. N’est pas Zen qui veut. Ça s’apprend. Les orientaux nous vendent leurs kimonos, et leurs manuels de Feng-Shui, nous on leur vend nos tailleurs Agnès B. et notre foie gras aux truffes. Bon deal. Personne ne perd au grand jeu de la mondialisation. Si, ceux qui ne consomment pas.

Ne plus consommer, c’est se mettre en marge de la société. Ça fait peur de ne plus consommer. Ça pourrait être le début de la fin ? Non seulement il faut consommer, mais il faut SAVOIR consommer. Il faut consommer à la mode. Même la bouffe s’est adaptée à la mode. Mangeons bio. Comme si avant, nous avions mangé un ensemble d’aliments extra-terrestres cultivés dans l’espace intersidéral. La pomme de terre vient bien de la terre non ? C’est comme le principe de la lessive qui lave plus blanc que blanc. Maintenant, on a la terre plus bio que bio. C’est le « plus » qui compte. Bientôt, une seule fraise suffira à combler notre alimentation enrichie parce qu’elle aura tellement plus de qualités nutritives qu’elle rendra la moitié du monde végétarien.

Le bonheur, avant d’être dans le pré, il est avant tout dans sa tête. Après tout, si une femme est heureuse en chaussant des échasses et en se nourrissant de graines et de branches de céleri, je m’incline. Je respecte le droit du « chacun voit midi à sa porte ». Je sais que personnellement, je n’ai pas encore réussi à trouver d’autres tenues dans laquelle je me sente aussi à l’aise que le jean. Pourtant même le jean à cédé aux appels de la mode. Taille basse, extensible, fashion jusqu’au bout, même le jean s’est fait avoir. Moi aussi. Je serai une baroudeuse de choc, mais de charme aussi.

En attendant, comme le disait grand-mère, être belle ça ne s’achète pas. On l’est ou on l’est pas. Pffiouu, heureusement que la chirurgie esthétique à fait son apparition, on a failli être tous moches.

Nos vies auront bientôt l’air d’un spot publicitaire, on aura le rôle principal à tour de rôle, nous serons tous des stars, notre instinct s’envolera, nos pensées s’uniformiseront, nous deviendrons tous pacifistes et asexués, nous serons les survivants de notre planète bio, Zénifiés. On nous apprendra comment tout faire, même l’amour. Franchement, il était temps ! A se demander comment l’être humain a fait pour survivre depuis ces derniers millions d’années ? Sans ultra consommation ? Sans TV ? Sans supermarchés ? Sans centres commerciaux ? Sans les clubs de vacances ? Et l’homme a survécu ?

L’homme s’évertue à se créer son propre malheur. Un monde d’artifices pour le bien être d’une minorité. La révolution individuelle doit commencer puisque l’union ne fait plus la force. On a le droit d’avoir confiance en soi et d’avoir ses propres convictions même si elles ne correspondent pas à la grande recette de la mondialisation au sens socio-économique du terme – la liberté de l’un s’arrêtant où commence celle de l’autre-, on a le droit de ne pas être une victime de la mode. Je m’approprie ce droit. Je souffrirai les idées claires. Je ne cèderai pas. Trop d’hommes sont morts pour la liberté. Je ne veux pas les déshonorer.

Publicités

Une réflexion au sujet de « VICTIME DE LA MODE ? »

  1. L'article est très vrai, très intéressant!Après, c'est un peu réducteur. Perso je ne me fais pas belle pour terminer dans les bras de qui que ce soit, mais d'abord et surtout pour moi. Parce que ça me plaît, les habits, les jupes qui tournent. Comme toi, je suis admiratives devant celles qui marchent sur des échasses. J'y arriverai jamais ;)qu'on mette du chanel ou du parfum maison avec des fleurs de notre jardin ou rien du tout l'important c'est de se faire plaisir

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s