SALADE RAPIDE, PAS CHERE & MEGA BONNE : PASTEQUE & FETA

Hello Hello les ondes !

Je sais je suis un peu en retard avec mes blogs mais on fait ce qu’on peut hein 🙂

Cette semaine il a encore fait beau et plutôt chaud et avec l’épreuve des maillots de bain qui arrive, forcément on fait plus attention à ce qu’on met dans son assiette… ceci dit avec ce temps on n’a pas forcément envie de manger de la choucroute…

J’ai refais une recette que mon amoureux avait trouvé il y a plus d’un an  qui a remporté un grand succès et qui en apparence apparaît un peu étrange : Une salade de PASTÈQUE ! Oui oui, de la pastèque, avec des olives noires à la grecque dénoyautées, de la fêta, de la menthe, de l’huile d’olive….

C’est super simple, assez rapide et hyper bon.

On peut y apporter des variantes en intégrant une cuiller de miel pour l’assaisonnement, de l’oignon nouveau et pour ceux qui ont faim et qui sont gourmands comme mon chéri on peut mélanger avec un peu de quinoa cuit / boulgour et autres graines 

Rue du Faubourg St. Denis – quartier où je bosse – il y a beaucoup de primeurs supers et pas cher (ça change de mon 17eme bourgeois avec le marché de la Rue Poncelet qui pratique des prix prohibitifs où on n’a rien à moins de 3 euros le kilo !!!)

Et donc, de la pastèque coupée à profusion… et SANS PEPINS. oui il en existe des variétés sans pépins ou presque qui rendent la découpe forcément vachement plus facile.

J’ai donc acheté une demi pastèque, de la menthe fraîche, une boite de feta et des olives noires à la grecque. Très important à la grecque pour le goût.

Par contre la contrainte c’est qu’il faut les dénoyauter soi même et forcément c’est la partie un peu plus pénible (ongles noircis par l’olive, doigts gras mais rassurez vous un coup de savon et d’eau et hop !)

On commence donc par couper des tranches de pastèque pour ensuite les couper en petits cubes – pas trop petits car ça rend beaucoup d’eau – dans un saladier.

Compter la moitié de la demi pastèque pour 2 pour une belle assiette

Ensuite on s’occupe des olives. Un petit sachet pour 2 (au moins 10 olives par personne) – avec un couteau de chef on dénoyaute en coupant en deux le long du noyau. Si ça fait des petits morceaux c’est pas grave.

Ensuite la fêta. compter une demi tranche pour deux – ajuster du coup en fonction du nombre de personnes 

Et pour finir, les feuilles de menthe – une belle poignée – qu’on émince finement au couteau.

On rajoute 2 Cuillers à soupe d’huile d’Olive, on mélange et hop, au frigo couvert pendant 20/30 minutes approx pour que les ingrédients s’imprègent bien les uns des autres et que ça soit bien frais.

Voilà le résultat 

Si vous rajoutez une cuiller de miel liquide c’est pas mal aussi et le quinoa calera les méga affamés 🙂

L’origine de cette recette n’est pas déterminée clairement mais bon… vu les ingrédients on se doute que la Grèce ne doit pas être très loin 😉

Les Cookies "1933" de Laura Todd (recette inside)

Me revoilà, moi et mes envies culinaires – souvent ratées ces derniers temps et à tel point que j’ai préféré abandonner l’idée de vous raconter mes mésaventures.

Car rater des recettes quand on ne se donne pas de mal, ok mais quand on y a passé des heures… Donc il semblerait qu’à l’heure d’aujourd’hui je maîtrise à peu près le cheese cake, les cookies, et … le boeuf bourguignon. Et le crumble aussi … et les pancakes (quand je suis bien équipée) … bref, j’ai décidé de me replonger dans « la cuisine pour les nuls » et un Ginette Mathiot « je sais cuisiner » que je m’étais achetée il y a très longtemps … question de connaître mes basiques…

en tous cas, étant en congés aujourd’hui et réveillée à l’aube par mon cher petit carlin, je me suis dis que c’était l’occasion ou jamais pour me lancer dans ce que j’avais prévu de faire il y a plusieurs jours déjà: des cookies « 1933 » de Laura Todd – primés comme les meilleurs cookies de la foire de Chicago en 1933 !

En fait, le secret des cookies Laura Todd c’est le BEURRE (carrément la plaque de beurre entière de 250 grammes; elle a du être bretonne dans une autre vie la Grandma’ Todd) et la cuisson qui doit être douce et pas trop longue (en gros faut surveiller son four tout le temps) et le temps de repos…

Evidemment quand les ingrédients sont « nobles » ça rend le tout encore meilleur…

En tous cas pour ma part j’ai pris du basique : (pour 30 cookies ou 20 gros)

– Sucre roux cassonade La Perruche (350g)
– Farine Fluide Francine (375g)
– Beurre 1/2 sel paysan bretons (1 plaque de 250g)
– flocons d’avoine Quakers (100g)
– Raisins secs mélangés Auchan (un sachet de 250 g)
– et comme j’avais pas des noix de grenobles j’ai pris des noisettes décortiquées (2 poignées)
– 1/2 sachet de levure alsacienne
– 1 pincée de bicarbonate
– 1 pincée vanille en poudre
– 1 cc de cannelle
– 1 oeuf bio

Préchauffage du four à 140°

Temps de cuisson : 10 min. approx

Ustensiles :

– Bols pour mélange des ingrédients
– Batteur électrique
– Papier cuisson 
– Four
– Cuiller à soupe

ne surtout pas les enlever de la plaque avant qu’ils aient refroidi… d’où la longueur de confection car en ce qui me concerne j’ai qu’un four et une petite plaque

Voilà la recette 

pate à cookie post préparation (pour rappel on mélange d’abord sucre, beurre et oeuf au batteur puis dans un autre bol les autres ingrédients qu’on incorpore au mélange sucre beurre en 3x et toujours mélange au batteur vitesse 1)

les cookies formés avec une cuiller a soupe pour faire des petites boules qu’on aplatit, prêts à passer au four (vous remarquerez mon petit carlin qui finit sa nuit sur le canapé en fond de photo ;))

Et voilà le résultat ! j’avoue que ça m’a pris du temps. Le résultat est MEGA MIAM (oui fallait bien que je goûte) … ça change des cookies au chocolat, on a l’impression que c’est « bon pour la santé » même si on doit se faire une Cuiller à Soupe de beurre par cookie 🙂 

Bon allez n’y pensons pas. Le petit goût de cannelle mélangé aux raisins et à l’avoine c’est juste exquis.

TAJINE DE POULET AU CITRON EN COCOTTE… SI SI C’EST POSSIBLE!

Bon bah les amis hein, on va remettre le chauffage – enfin on va l’augmenter – on va ressortir les bottes fourrées, les chaussettes en laine, les gros pulls, les plaids, les cocottes, les plats mijotés bien chauds, tout ça quoi !

Oui tout d’abord excusez moi, je sèche un peu le blog cuisine en ce moment… le blog beauté aussi je vous rassure… c’est trop de boulot 3 blogs mais je m’accroche, je persiste. En fait je cuisine, c’est juste que j’ai la grosse flemme d’écrire ensuite 🙂

Sympa la fille…

Et puis faut voir qu’il y a tellement de blogs de cuisine déments, supers beaux, réussis, pros, bref, ça serait MasterChef je passerai même pas le casting j’vous l’dis !

mais bon… Mercotte dit dans son blog qu’avant d’en arriver où elle en est, eh ben avant elle ne savait pas du tout cuisiner alors je garde espoir 🙂

Pour la peine j’ai décidé – au lieu de glander – de m’attaquer à ce coffret super beau de livres de recettes de Stéphane Reynaud que mon chéri m’a offert pour Noël. Et je me suis donc attaquée à la version PRINTEMPS


J’ai feuilleté et je suis tombée sur la recette du Tajine de Poulet au Citron.
Pour se faire – sachant que j’ai légèrement twisté la recette – (on se refait pas) – 

J’ai utilisé :

1 cocotte
5 grosses échalotes
4 grosses gousses d’ail
1 pot de citrons confits Yarden
1 fenouil
2 aubergines
3 tomates
2 verres de fond de volaille dilué dans l’eau
3 CC de cannelle
3 CC de gingembre
1 CS de 4 épices
2 CS de sucre
Huile d’Olive
1 poulet entier (Loué)

Phase 1 : Découpage du poulet en morceaux – franchement je suis pas douée pour découper le poulet déjà cuit alors cru j’ai eu peur mais ça va… j’ai plutôt bien épargné les morceaux 

Phase 2 : éminçage grossier des échalotes et de l’ail

Phase 3 : découpage en morceaux des aubergines, fenouil, tomates

Phase 4 : découpage et épépinage des citrons confits

Une fois que tout le travail « préparatoire » était fait, j’ai pu faire chauffer la cocotte avec de l’huile d’olive… une fois l’huile bien chaude j’a mis les morceaux de poulet côté peau à feu vif et j’ai versé l’ail, l’échalote et les épices, puis le sucre. Une fois bien caramélisé et retourné quelques fois, j’ai rajouté les légumes et les citrons + les deux verres de bouillon et j’ai baissé à feu moyen pour 45 minutes

A accompagner avec de la semoule bien sûr … je vais de nouveau faire chauffer à feu doux pour le dîner mais franchement,ça a l’air pas mal …et me dites pas qu’on dirait un poulet basquaise hein je vais me vexer 🙂

AMERICAN COMFORT FOOD : MAC’N’CHEESE & NEW YORK CHEESE CAKE – QUE DU LIGHT :))

GOOOOOOOOD EVENIIIIIIIIING FOLKS !

Eh oui, j’aime la cuisine Américaine… ça tombe bien, mon chéri aussi… et comme on ne s’était pas vu de la semaine et qu’il était fatigué, j’ai eu envie de faire des recettes réconfortantes. Bon. Je me dis que quand même, l’association de mes deux recettes c’était peut être pas non plus l’idée la plus digeste du siècle !!!

C’est nous les petits obèses  :)))


Bon. En tous cas c’est fait, j’en ai évidemment fait pour un régiment alors qu’on est que deux … et moi je suis à la soupe Miso et salade verte depuis aujourd’hui pour me remettre de ce WE hautement calorique !! :)))

Et comme mon père va passer, je pense qu’il va y avoir droit aussi (ah oui parce que ce sont des recettes qui sont encore meilleures réchauffées et passées au frigo)

Voilà les deux livres qui m’ont guidé :

Les recettes, celle qui nourrissait mon fantasme depuis quelques temps : le Mac’N’Cheese ! Autrement dit, le gratin de Macaronis au fromaaaaage ! Genre Maxi Fromage le tout dans une sorte de béchamel, gratiné au four… une tuerie…

J’ai pris des photos de la recette… et comme je n’avais pas de cheddar j’ai fais un mix mimolette et comté râpé. La chapelure c’était du pain rassis maison…

mais sinon j’ai scrupuleusement respecté les indications (sauf l’ail où j’ai peut être un chouilla forcé :)) et puis j’ai bien pris des MACARONI pas des coquillettes !

Comme ça, c’est pas très ragoutant hein… je me disais : Mon Dieu mais c’est quoi cette ragougnasse que je suis en train de préparer !!!

NB : AL DENTE les pâtes sinon c’est de la purée !

et hop, à gratiner !

Evidemment, servi si on veut avec un peu de jambon blanc ou des petites saucisses (ouais tant qu’à se lâcher hein …) et SURTOUT une SALADE VERTE ! genre un mesclun… ça aide quand même :))

Côté Cheese Cake, j’ai suivi la recette à la lettre mais POUR UNE FOIS j’ai changé pour la croûte. j’ai pris des petits beurre et pas des spéculoos ! Et j’ai rajouté une cuiller à soupe de Maizena à la place de la farine donc je ne sais pas si ça a fait la différence mais la cuisson à plus basse température pendant 1h15 a été déterminante aussi je pense :

Allez, vive l’Amérique quand même 🙂

YO ! Qu’il est BO mon Curry d’AgnO ! (et bon aussi … quand même !)

Bon. Parfois, allez savoir pourquoi, je RÉUSSIS mes recettes. Si si ! Mon chéri me dis tout le temps : FAIS SIMPLE. Pour sa peine j’ai décidé de faire un curry d’agneau… Comme ça, ça m’a pris. je devais faire un curry DOUX.

Alors je n’y connais rien en anatomie de l’agneau. Tout ce que je peux dire c’est que j’ai pris de l’agneau en morceaux genre agneau à mijoter… j’en ai eu pour 6 euros pour 3 / 4 personnes. SUPER RAISONNABLE !

Donc j’avais comme ingrédients :

– Agneau en morceaux
– 2 oignons jaunes
– Gingembre (1 bon morceau tranché fin)
– Ail (4 gousses)
– Citron vert (1 jus de citron vert)
– Curry en poudre (euh… allez y franchement :))
– pâte de curry vert (1 cuillere à café)
– lait de coco (1 berlingot)
– crème liquide entière (2 berlingots)
– quelques feuilles de kéfir séchées (citron)
– Pommes de terre en morceaux
– riz Basmati

Comme ustensile j’avais la ROLLS de la cocotte ! Enfin une des rolls de la cocotte : UNE COCOTTE STAUB ! ça déchire ces cocottes. Juste j’adore.


DONC, dans l’ordre :

– Emincage des oignons et ail et gingembre
– faire suer les oignons et l’ail dans le cocotte dans de l’huile d’olive à feu moyen
– rajouter les morceaux d’agneau à faire dorer
– rajouter les tranches de gingembres finement tranchées
– saupoudrer à fond de curry (enfin à fond on se comprend hein), saupoudrez juste.
– baissez à feu doux
– versez le lait de coco
– versez la crème liquide
–  mélangez
– rajoutez la petite cuillère de pâte de curry vert et le jus de citron vert
– Remuez et goûtez
– rajoutez du curry en poudre si pas assez jaune et goûtu
– Laissez mijoter à feu très doux pendant 1h et rajoutez les morceaux de pomme de terre en fin de cuisson
– Servez avec un bol de riz basmati

Pinaize…c ‘était super bon ! Bon pas super léger hein… mais super gourmand 🙂

Mon Hachis Parmentier – (qui aurait pu mieux se tenir !)

Oyé Oyé ! Yiayia the Cook n’est pas morte. Yiayia the cook teste des recettes, les rate et après ne pense pas à en parler sur son blog … Enfin si j’y pense mais la vérité c’est que je manque de temps et que j’ai tellement honte aussi…

Bon. dans la série peut mieux faire je vous présente mon HACHIS PARMENTIER (en fait je vais juste en parler j’ai perdu les photos).

Encore une fois, des heures de préparation, une volonté de bien faire, des choix d’ingrédients qui tiennent la route, et surtout je tiens à dire que si quelqu’un possède LA recette du hachis parmentier, je l’accepte volontiers car j’ai cherché partout sur le net et le problème c’est que tout le monde y va de sa fantaisie et celle que j’ai suivi sur le Larousse, bah… je sais pas mais ça n’a pas marché. Je pense que c’est plus de ma faute que celle du Larousse hein…

je voulais faire le vrai hachis. Celui à base de viande de boeuf.

Donc déjà, faire la purée. Des Bintje, 1.5 kg, de la crème fraîche (2 cuillers à soupe), un peu de lait, du sel et du poivre, du beurre – pas de fromage du tout – de la noix de muscade

je suis une truffe j’ai perdu mes photos… donc j’illustre comme je peux hein…

Ma purée était trop liquide. Je le sentais. Enfin épaisse en apparence mais qui se liquéfie à la cuisson hein… Bon. ça sur le moment je ne le savais pas…

Ensuite la viande. Du boeuf haché 15% avec plein d’échalote, sel poivre, et je me dis que je me suis peut être gourée en mettant un peu de purée de tomate fraîche à la place du concentré de tomates… c’est peut être là que j’ai déconné…évidemment, bouquet garni et persil frais haché en fin de cuisson (plein).

Bon. ça s’évapore, tout ça, ça sent bon… 

J’attaque : UNE couche de purée mais là aussi je me dis qu’en fait j’aurai du prendre un plus petit plat à gratin pour avoir une plus grosse couche de purée. Plus épaisse. Puis, une couche de viande – toute la viande – puis une couche de purée – le reste –  et HOP, au four à gratiner !

ça c’est une photo d’un beau hachis :

moi c’était beau dans le plat après cuisson, mais le problème fut le transfert dans l’assiette… tout s’est étalé et au final, même si gustativement c’était très bon – parole de mon chéri qui est mon Jury TopChef à moi toute seul, mon JF Piège / Ghislaine Arabian / T. Marx / Christian Constant réunis, c’était juste imprésentable. Méga moche. ça m’a déprimé franchement.


Au moins je pense avoir à peu près identifié mes erreurs… j’ai pas encore eu le courage et l’envie de recommencer… Et vous c’est quoi vos secrets pour réussir vos hachis parmentiers ?

C’EST LA CHANDLEUUUUUUUUUUUR !!!!!

MIAM MIAM ! A NOUS LES BONNES CRÊPES !!



je cherchais la scène de la crêpe au sucre des Bronzés font du ski mais pas trouvé sur YouTube tant pis…

Forcément, ne pas manger une bonne crêpe complète et une bonne beurre sucre serait un affront !

Moi ce que je voulais c’est la recette de BASE !

Après on met ce qu’on veut dedans mais moi les crêpes trop fantaisistes je peux pas.

Alors je fais partager avec vous mes recettes  :

PÂTE A CRÊPES SARRASIN 

300 grs farine de Blé Noir
75 cl d’eau froide
1 oeuf fermier
10 grs de sel

Former un puits et ajouter l’oeuf, puis le sel, puis verser l’eau doucement et remuer jusqu’à ce que la pâte soit assez lisse et sans grumeaux.

Mettre 1h au frais avant usage





PÂTE A CRÊPES AU FROMENT

250 grs de farine T55
3 oeufs fermiers ou 4 oeufs moyens
1/2 Litre de lait entier
1 pincée de sel
50grs de beurre
2 cuillères à soupe de bière (ou 1 demi petite cuiller de levure chimique)

si pâte sucrée : rajouter 1 sachet de sucre vanillé et selon goûts, 1 cuiller à soupe de rhum

Former un puits, ajouter les oeufs, le beurre fondu, la bière, le sel, le lait à verser au fur et à mesure, fouetter la pâte et laisser poser si possible, sinon, on peut l’utiliser tout de suite.




C’est quand même meilleur et ça coûte moins cher que les paquets tout prêts !

Evidemment, poêle à crêpes, crêpière, beurre demi sel, confiture de myrtille, jambon, fromage râpé, oeufs, et CIDRE (brut) sont les ingrédients minimum 🙂



BONNE REGALADE !!!!

NB: photos trouvées sur Internet via Google Images …