La Startup Nation est elle donc inhumaine et égoïste ?

J’ai 43 ans. Je ne suis pas vieille. Mais parfois je me sens tellement vieille et blasée à force de traîner sur Twitter et de lire les informations… J’essaie de faire attention à moins m’emporter publiquement parce que je suis consciente que ça peut me nuire professionnellement et que comme je suis en ce moment « en recherche d’emploi » faudrait que je fasse gaffe à ne pas trop me saborder en faisant peur aux potentiels recruteurs qui pourraient sure dire : pinaize celle là elle va faire chier, on va peut être éviter … Voyez ?

Mais le truc c’est que chassez le naturel il revient au galop. Surtout chez moi. Et a vrai dire j’estime que j’ai le droit, la liberté fondamentale d’avoir des opinions et de pouvoir les exprimer sans que cela nuise à mon sens de l’engagement dans mon travail, à mon intégrité, à ma loyauté, à mes compétences, …

Bref. Faut pas tout mélanger et je compte sur les autres pour faire cette ‘part des choses ».

Voilà. Parenthèse fermée. Je reprends le fil de mon billet. Chaque jour qui passe je suis choquée par l’égoïsme et opportunisme grandissant de notre société. On pousse littéralement les gens à se désolidariser les uns des autres. Chacun sa merde et Dieu pour tous. Il semble évident que tant qu’on n’a pas goûté à l’épreuve, tant qu’on ne se retrouve pas soit même confronté à la détresse, on se fout des causes des autres…ou à l’inverse, les gens ont peur ou déjà leur lot de problèmes, alors ceux des autres …

Il y a plus que jamais une fracture sociale et dans cette fracture sociale il y a plein de sous groupes et certains cumulent : pauvre, handicapé, gilet jaune. Je vous dit pas la lose pour certains. Mais la société s’en fiche. Si si … enfin les bien nés s’en tapent, ça c’est sur..

On est dans une société ou plus que jamais y a intérêt à être du bon côté de la barrière. Sûrement ceux qui sont du bon côté le savent et s’y accrochent telles des moules à leurs rochers … D’ailleurs ça se voit. Je vis dans un quartier bourgeois Parisien et je dois pouvoir compter sur les doigts de la main ceux qui comme moi soutiennent le mouvement des gilets jaunes. Dans mon quartier j’en ai même entendu qui réclamaient leur mort ! Qu’on flingue ces vermines. Il y a une déshumanisation totale des gens vulnérables dans notre société. Tant pis pour eux qu’ils crèvent ces charogne, c’est de leur faute de toutes façons.

Voilà. On se prend ça dans la tronche. Et en même temps on nous noie dans l’hypercommunication virtuelle en nous faisant croire qu’on est dans un monde de bisounours remplis de gens pétris de bonnes intentions et d’humanité. J’ai l’impression de vivre dans la paradoxe permanent. D’un côté on parle d’humanisme, de générosité, de dons, d’appels au dons, d’entraide, de la startup humanitaire à tour de bras et pourtant il n’y a jamais autant eu de solitude, la misère en France grandit, les gens crèvent seuls et on découvre leur cadavre 11 ans après …Les gens veulent bien signer des pétitions en ligne mais n’accueilleront jamais un SDF dans leur hall d’immeuble en hiver …

Moi je ne me fais pas d’illusions. Je suis lucide sur la capacité humaine des gens. Evidemment qu’il y a des gens empathiques formidables avec un niveau de conscience humaine surdimensionné .. oui il y a des gens humains… mais quand même, c’est pas la majorité.. et bizarrement, l’argent ça rend pas les gens meilleurs … ça fait 22 ans que je milite pour la reconnaissance et la dignité des personnes en situation de handicap mental en France… autant vous dire que j’ai lâché l’affaire. J’ai tout essayé. On s’en fout. Et je peux vous dire que la Startup Nation s’en fout encore plus.

A vous les éclopés de la vie, les vulnérables, les vieux, les malades, les trop sensibles, les trop fragiles pour le moule de cette société convenue, fade, lâche, petite, opportuniste, égoïste, cruelle, dure, accrochez-vous parce que ça va être les 40èmes rugissants bientôt. On sera encore quelques uns à vous défendre. On en crèvera peut être aussi, mais au moins on aura été là. Avec vous.

Balance ton blé

Je crois que notre société est à un tournant de sa mutation … je ne suis pas experte en sociologie ni en politique, je suis juste un témoin, française moyenne sûrement naïve et ignorante de beaucoup de choses, comme nous tous, de ce qui se passe dans notre monde. Avec la vitesse de la circulation de l’information, la vitesse de la déformation de l’information, la vitesse des mensonges et de la manipulation, la vitesse de la diversité des informations il y a de quoi attraper le vertige.

J’essaie coûte que coûte avec le temps de ne pas me laisser entraîner dans les tourbillons puissants populistes et je déteste les mouvements de groupe qui appellent à la haine et la destruction systématiques. ça me fait peur. Mais je déteste la manipulation et le mépris du pouvoir pour le peuple et l’aplomb avec lequel les puissants prennent le peuple pour des cons.

Au vu des événements, on ne peut pas cependant nier qu’on vit dans une société dont la générosité est vraiment inégale.

Je n’ai jamais aimé la comparaison entre les malheurs, entre les maladies, entre les souffrances, entre les causes. On soutient, on est sensible à des causes différentes, parfois à toutes en même temps et on fait tous ce qu’on peut pour être solidaire selon sa sensibilité, ses moyens.

Avec l’incendie spectaculaire, terrifiant, presque apocalyptique de Notre-Dame en plein début de semaine Sainte, il y a eu un effet symbolique d’une grande puissance pour beaucoup d’entre nous. Un garde-fou, une alarme retentissante…presque un effet de jugement dernier. En tous cas c’est comme ça que je l’ai ressenti. Et puis ce sentiment que notre histoire enracinée se consume, disparaît. Cette histoire puissante, solide, enracinée qui nous a forgé à travers les siècles qui s’efface de façon visible ça fait peur.

Je suis chrétienne catholique non pratiquante depuis des années et cet incendie m’a touché en profondeur. J’ai regardé sidérée en boucle cette flèche s’effondrer dans le brasier de la charpente. J’ai eu la gorge serrée, les larmes aux yeux. Je me suis sentie atteinte dans mon âme. Je ne pense pas avoir fait de sensiblerie. Et puis il y a cette vague de dons qui est arrivée. Cette mobilisation inouïe comme si nous avions été attaqués au plus profond de notre société, comme si nous venions de vivre une apocalypse…. l’affluence visible des grands puissants du CAC 40 Français se sont fendus de quelques millions pour sauver la France, sauver un de nos symboles … Le Président et ses conseillers ont décidé de tout suspendre et faire de cet incendie un événement national majeur.

En soi c’est bien. Je veux dire c’est positif de resserrer les liens, de faire preuve de générosité pour sauvegarder notre patrimoine. Et puis malgré tout il y a ces détails dérangeants qui petit à petit créent un malaise…des questions qui se posent… J’essaie de rester positive mais ces questions sur la nature humaine, sur la réalité de notre société surgissent … Et je réalise très vite que ces questions surgissent de partout … de façon plus ou moins suspicieuses…

L’excès de dons pour Notre Dame a eu l’effet de montrer la violence de l’inégalité de notre société et le ravin abyssal qui existe entre les riches et les pauvres. Il y en a toujours eu de l’inégalité. Les pauvres ont toujours été plus nombreux que les riches mais la différence maintenant semble être que cela est beaucoup plus visible, beaucoup plus extrême aussi.

Moi je ne reproche pas aux riches d’être riches. Moi aussi j’aimerai être riche dans l’absolu. En tous cas suffisamment pour ne pas être obligée de trop compter, pouvoir offrir des vacances à ma fille plusieurs fois par an, pouvoir me faire quelques plaisirs, sortir, voyager, prendre soin de moi et ceux que j’aime … faut pas se leurrer, l’argent, dans notre société actuelle, ça aide.

Ceux qui disent que l’argent ne fait pas le bonheur ne savent pas ce que c’est que d’en manquer. Donc oui, jusqu’à preuve du contraire, l’argent aide à mieux vivre et moi je ne suis pas contre. Par contre, je suis pour de l’argent gagné de façon juste et dans des proportions saines. Et aujourd’hui, il y a un véritable fossé entre les travailleurs qui triment en étant payés au lance pierre et des très riches qui gagnent des millions juste en étant héritiers. Je schématise évidemment.

Notre société depuis des mois, rend visible de façon criante la détresse des plus vulnérables. Avec les réseaux sociaux, le mouvement des gilets jaunes, le ras le bol bruyant et dérangeant du peuple et notamment des classes moyennes en voie d’extinction qui paient, qui travaillent qui paient toujours plus avec toujours moins de pouvoir d’achat, moins d’infrastructures, moins d’aides et de soutiens et à qui on répète qu’il n’y a pas le choix et qu’elles devront travailler encore plus, plus longtemps, parce qu’il n’y a pas le choix, parce que sinon la France s’éteindra, sinon, la dette augmentera, il n’y a pas le choix.

Les hôpitaux saturent, les handicapés sont sacrifiés, les chômeurs sont menacés et stigmatisés, les SDF augmentent, c’est la corde raide. Les associations caritatives ont moins de dons et en parallèle, les plus riches deviennent plus immensément riches (sans forcément recréer de l’emploi, sans forcément redistribuer la richesse à ceux qui en ont besoin) et soudain, soudain, ces grosses multinationales favorisées et protégées par l’Etat, grand seigneur, lâchent des millions de façon presque démesurée pour nos vieilles pierres. Pourquoi ?

Je veux dire, pourquoi aussi facilement et autant pour des vieilles pierres mais pas aussi facilement et autant pour aider l’état, les associations, les français qui souffrent ?

Cela montre que de l’argent il y en a. Il y en a dans le privé et dans le public aussi. Des milliards. On se rend juste compte que c’est une question de CHOIX. Le choix de la gestion de tout cet argent nous dépasse. A nous on répète qu’il n’y a pas le choix. Il faut payer la dette, il faut travailler plus, il faut s’assumer encore plus : retraite, santé, éducation, transports, on doit se prendre en mains et ne plus être des assistés de l’état. Mais on aide, on favorise des grosses multinationales à payer le moins possible de taxes pour qu’elles puissent s’autoriser à grands renforts de communication des dons de millions d’euros pour rebâtir un de nos monuments.

Entendons nous bien : je suis pour la réparation de Notre Dame (en espérant que cela soit fait dans le respect des bâtisseurs qui l’ont érigée), je trouve positif le don de grandes sommes d’argent en cas de besoin. Je me demande juste pourquoi la misère ne soulève pas le même élan ? Je me demande si en temps de guerre destructrice sanguinaire, en cas de cataclysme majeur, si ces mêmes immenses richesses auraient la même générosité… ? Je me demande s’il y a finalement une vraie volonté d’enrayer la misère? S’il n’y avait plus de misère il n’y aurait plus de riches .. c’est peut être ça en fait … les riches veulent rester en happy few pour être sûrs de le rester… soit. Mais quand il y a tant d’argent, à quoi cela sert-il ?

Si les hypers richesses redistribuaient une partie de leur fortune à l’état ou à des organisations caritatives, si tout le monde avait un toit, à manger, une éducation, un revenu minimal satisfaisant, ça serait la paix dans le monde. ça serait bien. Trop bien peut être ?

#TousEnBleu pour l’autisme et tous ensemble pour le handicap mental.

Un jour je réussirai à faire des billets sur des choses légères comme le maquillage, la gastronomie, les voyages … ça va me reprendre c’est sûr …quand je voyagerai de nouveau, quand j’irai de nouveau au restaurant, quand j’aurai de quoi gaspiller quelques euros dans de la cosmétique et du maquillage mais bon. En attendant ce sont souvent le causes sociales, humaines qui l’emportent.

2 avril et durant tout le mois, des petites voix, des images surgissent en bleu sur vos écrans. Pourquoi ? Parce que c’est le jour et le mois de la sensibilisation sur l’autisme. On fait du marketing, on trouve sa célébrité pour accompagner et on espère très fort être entendu, vu, pris en compte … au moins une journée.

Je reste convaincue après 22 ans de militantisme plus ou moins acharné pour la cause du handicap mental, que c’est l’union qui fait la force. Je comprends néanmoins le besoin d’être reconnu en tant qu’autisme, en tant que X Fragile, en tant que Trisomique parce qu’évidemment chaque déficience, chaque différence, chaque handicap a ses particularités et c’est important, vital que ces particularités soient prises en compte dans les prises en charge.

En France malheureusement, avant d’en arriver à de la prise en charge personnalisée, il faudrait déjà une prise en charge correcte, tout court. Oui il faut plus d’inclusion, plus d’AVS, moins d’admin fastidieux, répétitif et plus de places partout, plus d’IME, plus d’IMPro, plus de centres occupationnels pour adultes en externat et en internat et il faut plus d’emplois formés pour prendre en charge toutes ces personnes. Il y a le scandale des EHPAD mais attendez de voir l’état des centres pour handicapés en France tous âges confondus.

Parfois on se croirait dans une cour des miracles. On ressort parfois avec des hauts le coeur, une révolte sur la misère de ces endroits. Tous les autistes ne sont pas comme Rainman. Tous les trisomiques ne sont pas que des joyeux lurons ouverts au monde. Dans le handicap il y a des myriades de déficiences des plus légères aux plus profondes. L’inclusion en milieu ordinaire ça ne marche pas à chaque fois et ce n’est pas toujours ce qu’il y a de mieux.

Il faut travailler de front sur toutes les options. Mais pour ça il faut de la VOLONTE et de l’ARGENT. Il faut VRAIMENT le VOULOIR.

Les gouvernements successifs à coups de com et parfois pour certains avec une vraie bonne volonté, essaient de faire croire que les choses vont changer. Changent-elles vraiment? La situation des handicapés mentaux a-t-elle vraiment évolué depuis plus de 25 ans ? J’ai 43 ans. Mon frère va en avoir 26. Il est X Fragile en mutation complète. Sa situation reste précaire. ça fait 22 ans que je milite de façon indépendante. Il y a des bonnes volontés pleines d’initiatives et d’énergie positive chez les parents d’handicapés qui est phénoménale. Si les parents de ces enfants avaient le pouvoir et l’argent, ils en feraient des choses formidables. Mais ça ne suffit pas. Ou alors ça masque le fond abyssal du problème structurel de la gestion du handicap en France.

Alors je persiste à penser même si c’est important de manifester sa particularité, que l’union fait la force. Je persiste à penser que toutes les familles du handicap mental, des déficiences cognitives doivent s’unir et faire pression. Je le répète inlassablement …. les prises en charges adaptées personnalisées en découleront naturellement mais déjà, il faut agir en global sur TOUT : diagnostic précoce, prise en charge rapide et facilitée, réduction drastique de l’administratif, formation, recrutement et valorisation des postes qui s’occupent de ces enfants et adultes. Mais aussi lutter contre les discriminations, y compris vis à vis des parents a qui on ose balancer des enquêtes sociales … pour voir quoi ? Pour confirmer quoi ? Des parents qui en plus d’aimer leurs enfants différents et se battre pour eux, on essaie de sous entendre qu’ils ne s’en occupent pas assez bien alors que toute l’organisation structurelle de la société est inadaptée et hostile aux personnes en situation de handicap ? Lutter contre les préjudices faits aux adultes dans les centres qui ont moins de vacances que la moyenne et qui n’ont jamais droit à la moindre petite journée de rab sous peine de se faire exclure … quelle humanité ! Lutter contre la fausse inclusion : vous trouvez que c’est de l’inclusion 3 heures par semaines pour un enfant autiste ? 3 heures ! ils font quoi le reste du temps ces petits bouts pour apprendre à sortir de leur bulle ?

La liste des aberrations est longue est révoltante. On pourrait égrener sur des centaines de pages les multiples dysfonctionnements de la prise en charge du handicap mental en France. Et le pire, c’est que ça ne change pas. ça n’évolue pas. Les années passent, les coups de communication politique se succèdent, mais rien ne change.

Oui #TousEnBleu pour l’autisme. Bien sûr. Evidemment. Et surtout, #TousEnsemble pour une vie digne des personnes en situation de handicap mental.

Principes de base du management à l’attention du gouvernement : quand il y a un fail, c’est de la responsabilité du manager

S’il y a une chose dont je suis particulièrement contente d’avoir pu apprendre dès le début de ma carrière en environnement anglo saxon international, c’est la base de ce que je considère être un bon management.

En management (en tous cas anglo saxon et qui selon moi est de loin la meilleure méthode), quand il y a des problèmes, ce n’est pas la faute de l’exécutant mais du manager lui même. Autrement dit, si la tâche est mal exécutée c’est avant tout parce que le manager n’a pas su bien l’expliquer à l’exécutant.

A mon sens, en politique c’est pareil. Le gouvernement bien franchouillard de Monsieur Macron s’agace que la colère des gilets jaunes / France d’en bas et du milieu ne se calme pas et ils ont recours désormais à des signes d’impatience visibles : tweets surréalistes et anti républicains / démocratiques de Marlene Schiappa sur la cagnotte (alors qu’il n’y a jamais eu aucune mesure contre la cagnotte de Tariq Ramadan par exemple), sorties excédées et violentes de Luc Ferry qui veut garder son confort bordel, et retroussement de babines des porte paroles serpillères de M. Macron passant le message d’une répression encore plus forte, encore plus violente contre les « ennemis de la France » … C’est à dire, une majorité de français.

On sent bien le cul de sac. La voie sans issue, le néant.

Il y a une inquiétude réelle et on se demande jusqu’où ça va aller ? Est ce qu’à un moment donné un signal vrai fort, digne d’un Président de TOUS les Français va être transmis ?

A quel moment le gouvernement, son Président va descendre de sa tour d’ivoire et enfin se montrer HUMAIN?

Etre un bon manager c’est savoir reconnaître qu’on s’est trompé. C’est savoir reconnaître qu’on a mal expliqué les choses. C’est savoir reconnaitre qu’on doit baisser sa garde et faire autrement. C’est être un bon psychologue.

Moi je suis contre la violence. Cette escalade de l’hyper violence me mets terriblement mal à l’aise. Je trouve certains débordements indignes. Je trouve dégueulasse que le mouvement Gilets Jaunes soit à ce point décrédibilisé par les médias, les politiques mais aussi au sein même du mouvement car on ne voit que des extrêmistes ou des neuneus lobotomisés obsédés par la violence et le ‘tout casser’ … mais je suis encore plus excédée et désespérée de voir à quel point notre gouvernement, Président sont braques, butés, bornés, à côté de la plaque, persistant à tenir tête quitte à être à la limite mince d’un schéma totalitaire…

Les Français n’en peuvent plus du Bullshit et des discours alambiquées, des solutions tordues qui in fine ne changent pas fondamentalement les choses. « On vous écoute, on vous a compris », … mais non ! Vous n’écoutez rien, vous n’avez RIEN COMPRIS !

C’est vrai les Français récoltent ce qu’ils sèment : ils ont voté pour Macron. Alors quelque part faut assumer. Macron n’est pas le seul acteur d’un système en perdition depuis des années, c’est vrai aussi. Mais tous ces français qui n’ont pas voté n’avaient juste plus envie de voter et n’y croient plus. Peut-on les blâmer quand on voit le niveau de corruption au sommet de l’état, les abus, le mépris qu’ont certains? Peut-on blâmer les français de ne plus avoir l’énergie d’y croire?

M. Macron a défaut d’être responsable de TOUT pourrait décider d’aller un peu dans le sens du peuple.

On le dit, on le répète : les Français ont besoin de signes FORTS d’efforts d’équité dans la justice fiscale, dans la justice sociale.

Symboliquement, rétablir l’ISF serait un VRAI geste d’apaisement.

Croire qu’avec une consultation nationale déjà vérolée il y aura de vrais changements me semble un peu illusoire à vue d’oeil même si la démarche est positive. Et une fois la consultation faite y aura-t-il des changements ? Vu ce que le gouvernement passe comme message on a l’impression que plutôt non …

Tenir bon jusqu’aux Européennes ? mais c’est déjà mort. Les partis centristes vont se prendre une raclée. La France comme d’autres pays vont se lâcher par dépit sur des partis radicaux parce que non, ça ne peut plus durer. La branche de l’arbre va céder et le peuple ne se laissera pas écraser sans broncher.

Un peu de leadership puissant et BIENVEILLANT ferait du bien. Moins d’orgueil, plus de proximité sincère, moins de bullshit et des symboles de réconciliation forts : Mesures radicales contre la fraude fiscale, mesures de transparence sur la gestion de l’argent des français, répartition plus juste, un contrôle réel et sérieux à tous les niveaux (pas seulement les pauvres au RSA), moins de féodalisme, plus de MERITOCRATIE, oui.

Donc message aux dirigeants : Arrêtez d’engueuler les français râleurs et révoltés comme s’ils étaient des gros débiles sales gosses et que maintenant ça suffit sinon gros pan pan culcul. Remettez vous en question. Vraiment. Arrêtez de faire semblant d’écouter et de comprendre (ou de pas comprendre). Rétablissez des symboles de justice fiscale déjà pour commencer. Le reste suivra.

La base.

Rejet des gilets jaunes : la peur de la contagion des pauvres ressurgit

Bonne année, bonne santé, surtout la santé hein … Bah oui. C’est con mais c’est bien une bonne santé qui permet d’assumer tout le reste … on l’oublie mais c’est quand même bien de se le rappeler.

Sur ces voeux, je reprends mon clavier pour me fendre d’un petit billet de nouvelle année qui fait écho à un phénomène que j’avais déjà remarqué par le passé mais qui me frappe avec le mouvement des #GiletsJaunes : le rejet et la peur des pauvres, des malheureux, des malchanceux, des malades des handicapés … des faibles, des vulnérables … la peur d’être contaminé.

Le négatif, ce qui semble être négatif fait toujours fuir. On vit dans une société qui prône la réussite sociale, le bonheur (concept quelque peu galvaudé et fourre-tout), donc forcément la vraie vie n’est pas si évidente pour beaucoup … … On a la pression de devoir réussir sa vie, ne jamais connaitre l’adversité quelle qu’elle soit et quand on la connait, on espere qu’elle ne se verra pas, on la planque du mieux qu’on peut pourvu qu’on passe entre les gouttes …

Pourtant nous sommes tous des familles « Little Miss Sunshine »… sur le fil du rasoir et c’est ce qui nous rend si humains

Tant qu’on n’est pas touché par le malheur, par la maladie, par la gravité de la vie, on ne peut pas comprendre, on s’en fout. Il n’y a que les personnes touchées par le handicap qui se soucient du handicap. Il n’y a que les personnes touchées par le cancer qui se soucient du cancer. Il n’y a que les personnes touchées par l’injustice sociale qui se soucient de la justice sociale … c’est comme ça. C’est égoïste, c’est individualiste, c’est opportuniste, c’est la nature humaine d’aujourd’hui.

C’est pour ça que les gilets jaunes emmerdent ceux qui s’en sortent. Ceux qui s’en sortent avec leurs petits avantages sociaux, leurs économies, leurs voyages, leurs biens, leur équilibre (mérité ou non). Ils ne veulent pas être touchés, ne veulent pas qu’on foute en l’air leur confort. D’un côté ça peut se comprendre mais ce qu’ils ne comprennent pas ces gens là c’est que du jour au lendemain, leur propre équilibre peut être foutu en l’air en un claquement de doigts pour n’importe quelle raison banale : perte d’emploi, accident de la vie, maladie, rupture ….

Alors c’est vrai ne nous leurrons pas : certains porteront toujours plus lourd que d’autres. La vie est injuste c’est une réalité: il y a des gens qui vivent bien toute leur vie et d’autres qui luttent toute leur vie. ça n’empêche qu’au bout du compte on meurt tous et on vit tous sur la même planète.

Peut être que tous ces gens qui nient ces masses populaires, ces classes moyennes déclinantes, qui méprisent les revendications de ces gens qui réclament avant tout une vraie justice sociale et fiscale, un équilibre économique (car c’est bien de cela dont il s’agit avant tout), devraient se poser la question : et si c’était moi ?

Tout le monde essaie de s’en sortir. Il n’y a pas de gens fainéants qui profitent du système. En tous cas s’il y en a ils restent minoritaires dans le bas de la pyramide. Mais on préfère dire que tous ces gens veulent le beurre et l’argent du beurre, ne connaissent pas la vraie précarité (parce que ceux qui disent ça la connaissent peut être ?), qu’ils devraient arrêter de se plaindre et penser aux autres pays où la vraie dictature existe, où les précaires le sont vraiment (c’est vrai que c’est un signe de progrès humain et social que de comparer avec pire que soi) , que si on est pauvre on ne va pas au Mac Do et on ne se paie rien (bah oui autant survivre jusqu’au bout) …

Je suis choquée de ce mépris mais pas étonnée… reflexe presque animal de fuir, enfoncer, détruire ce qui dérange, ce qui correspond à une épine dans le pied … mais gare au Darwinisme persistant : ceux qui survivent ne sont pas les plus forts en apparence mais ceux qui savent le mieux s’adapter et je pense qu’en matière d’adaptation les plus forts ne sont pas ceux réfugiés dans leur zone de confort.

Les donneurs de leçons face aux #GiletsJaunes

Que les choses soient claires, moi aussi j’en ai ras le bol et ça me plombe le moral ces événements, cette violence me hérisse, et je suis en indigestion totale de BFM TV et de leur propagande orientée et totalement dictée par le ministère de l’intérieur (en tous cas c’est vraiment l’impression que cela donne).

Je suis parisienne, classe moyenne supérieure a priori selon les statistiques INSEE de revenus mais je suis aussi parfois borderline parce que dans mon schéma de vie il n’y a pas de « Double Income » identique et je vois bien qu’en 10 ans entre les expériences chômage + coût de la vie qui augmente je suis néanmoins en pente descendante.

Donc potentiellement il y a un risque que ma vie se dégrade et continue à se dégrader si même mon énergie et ma force de travail ne suffisent pas à rester du bon côté de la barrière.

Je n’ai pas non plus de voiture en propre (j’habite Paris je n’en ai pas besoin) et je suis pour un réveil concret et universel sur la transition écologique ou peu importe comment on appelle ça, l’urgence de faire quelque chose pour ne pas accélérer de trop notre fin du monde.

A priori je n’ai pas forcément de raison apparente d’être ‘Gilet Jaune’ et je ne le suis pas à proprement parler puisque je ne défile pas dans la rue avec un gilet sur le dos. Mais oui je les soutiens. Je les soutiens parce que je vois dans mon entourage proche des personnes en réelle précarité et que moi je ne fais pas du dénigrement des précaires. Seulement on préfère les dénigrer, les minimiser et leur dire qu’ils exagèrent et font leur caliméro parce que eh oh, c’est pas le Tiers Monde la France.

Bah non c’est pas le Tiers Monde mais l’injustice sociale est réelle et la précarité réelle aussi car contrairement au Tiers Monde, il n’y a pas d’esprit collectif en France. C’est chacun sa merde et Dieu pour tous et on est une société individualiste qui fait que tant qu’on n’est pas touché par l’adversité, on tient éloignée la misère et les problèmes des autres bien loin de soi. MAIS on veut aussi avoir bonne conscience en France alors on essaie de toujours avoir des discours humanistes remplis de « bien pensance » …

C’est comme le film La Crise, la fameuse scène avec Michou le SDF qui explique que c’est toujours aux même de se pousser pour faire de la place … https://www.youtube.com/watch?v=rIP7e0IZL9I

C’est toujours facile de juger, reprocher et donner des leçons quand on est bien nourri et bien né. Quand on est peinard avec sa fin de mois et que quoiqu’il arrive on pourra payer des jouets en bois Moulin Roty à ses enfants avec du foie gras et un peu de Sauternes et même une petite semaine au ski ou quand on peut se permettre d’acheter une déco éthique et design et l’épingler sur Pinterest ou la montrer sur Instagram. Je caricature mais vous voyez ce que je veux dire ?

Oui on a tous envie de passer des fêtes peinard et pouvoir finir nos courses de noël mais je crois que ceux qui donnent des leçons, qui s’irritent, ne réalisent pas à quel point les gens sont dans la merde et aux abois et à quel point tout ce système social et économique est profondément injuste ! Pas besoin des complotistes, pas besoin des Russes, pas besoin des réseaux sociaux pour le constater quand même ?

Non tous les pauvres et les gilets jaunes ne sont pas des gros cons indignes d’être écoutés et indignes de compassion et soutien. L’individualisme, l’égoïsme, la soif de l’argent du toujours plus, tue.

C’est bien joli d’avoir des beaux mots et belles pensées sur facebook twitter et Instagram, … combien donnent réellement aux autres et plus démunis? Combien sont réellement solidaires et conscients de la dureté de la vie ?

C’est vrai on n’est pas un pays encore Tier Mondiste mais on s’en approche gentiment si ça continue … et personne ne sera épargné. Personne. Quand on n’a plus rien à perdre il ne reste que la violence et le cri comme dernier moyen de défense et protection. C’est animal, c’est basique, c’est logique. Réécoutez l’Abbé Pierre – La première violence, c’est le MEPRIS.

Arrêtons l’individualisme, la sensiblerie, la bonne conscience à deux balles et soyons dans la vraie vie, sur le terrain, et jouons collectif. Tous les pauvres et précaires ou en voie de le devenir ne sont pas tous des fainéants profiteurs du système.

Il me manque Coluche. Il avait la parole juste. https://www.youtube.com/watch?v=TuDYEOanWXw

Peuple français reste solidaire.

#GiletsJaunes : Appel à l’unité à la structuration (URGENT)

Mis en avant

Je n’ai pas de gilet jaune, je n’ai pas de voiture, je vis à Paris, dans les quartiers de « richoux » mais je ne suis pas riche. Je suis de banlieue, française moyenne supérieure en déperdition, sur la pente déscendante depuis quelques années (coût de la vie, passage par la case chômage etc.) … je milite pour la justice sociale et je crois qu’on arrive à un stade où les grands pouvoirs ne peuvent plus continuer à traiter les humains comme de simples ressources inépuisables.

Il y a de la colère légitime, de la révolte légitime dans ce mouvement. Il y a un mépris, une arrogance, un déni, une persistance à l’autoritarisme aveugle et à une stratégie du chaos du pouvoir en place totalement hallucinante.

Il y a beaucoup d’hypocrisie, de manipulation de la part du gouvernement & friends (BFM par exemple) et aussi beaucoup d’immaturité, d’irréalisme, d’idiotie chez les Gilets Jaunes.

J’ai trouvé ce texte sur un groupe Facebook que je relaie parce qu’il est de loin le texte le plus rationnel et efficace que j’ai pu lire depuis un moment que je m’immerge dans ce mouvement pour mieux le comprendre :


 

Gilets Jaunes, ne tombons pas dans le piège de la division, de la diabolisation et de l’érosion tendu par le gouvernement. Le mouvement est en danger s’il n’arrive pas à se structurer et à formuler des revendications réalistes.

Le pouvoir utilise toutes les ficelles pour nous diviser et nous affaiblir, il joue l’usure, propose des « mesurettes » pour démobiliser les moins déterminés, pointe nos différences et divergences politiques pour nous diviser : « chose » est d’extrême droite, « machin » est d’extrême gauche, « truc » a fait de la prison, etc. Il n’y a qu’à écouter Macron, Castaner et Griveaux.

Rappelons-nous qu’au départ, nous avions TOUS LA MEME REVENDICATION :

La baisse du prix des carburants et que, pour ce propos, une revendication de droite est tout aussi recevable que la même, venant de gauche, celle d’un ouvrier comme celle d’un paysan, celle d’une femme comme celle d’un homme. Si nous ne parvenons pas à faire taire nos différences politiques et sociales, nous perdrons.

Nous devons désigner des représentants RAPIDEMENT pour éviter les manipulations du pouvoir et les représentants auto proclamés comme Cauchy, les syndicats complices (je dis les syndicats, pas les syndiqués).

Il y a maintenant des porte-paroles qui ont été désignés par un processus de concertation entre une quarantaine de responsables de sites si j’ai bien compris, mais ainsi qu’ils en conviennent et pour rester dans l’esprit du mouvement, ils ne sont ni responsables ni leader du mouvement. Je l’ai appris par la presse, comme un grand nombre d’entre vous, mais je ne m’en offusque pas. Comme je l’ai dit plus haut, il faut un minimum de structure.

Il y a donc des vides à combler :

– créer un site référent par département, avec un administrateur pour recueillir la parole des Gilets Jaunes et formuler les revendications
– Faire la synthèse et le tri des revendications,
– Mandater des représentants car on ne peut pas imaginer un seul instant que (toutes) nos revendications, une fois formulées, seront acceptées sans discussions et négociations par le simple effet de la pression de la rue.

On ne peut pas négocier avec un mouvement protéiforme, il faudra mandater des représentants.

Ces vides peuvent être comblés par le même processus qui a conduit à la désignation des porte-paroles, en l’élargissant aux mouvement locaux qui n’auraient pas été consultés initialement, ou par des assemblées générales de gilets jaunes organisées localement, mais quel que soit le processus
IL FAUT FAIRE VITE, SINON NOUS NOUS EPUISERONS ET PERDRONS LE SOUTIEN POPULAIRE. C’EST LE PLAN DE MACRON ET DE SES SBIRES.

Il faut faire le ménage dans les revendications, et ne garder que celles qui sont réalistes et qui peuvent nous fédérer malgré nos divergences politiques:

Parmi les revendications irréalistes qui ne peuvent déboucher sur aucune négociation, il y a au moins, et je n’engage que moi :

– La démission de Macron : il ne démissionnera pas, dommage mais c’est comme ça,
– La destitution de Macron : il ne sera pas destitué avec une majorité de 400 députés à l’Assemblée, ce qui n’empêche pas de faire les démarches préconisées par Asselineau,
– Nous ne ferons pas la révolution, car la plupart d’entre nous ne le souhaite pas,
– La dissolution du parlement : Macron ne dissoudra pas l’assemblée nationale sauf si les conditions l’y forcent, et essayez d’imaginer quelles seraient ces conditions, on prend rendez-vous en 2022…
– Un referendum : Macron ne fera pas de référendum, c’est pareil que pour la dissolution…
– Etc.

Parmi les revendications fédératrices sur lesquelles sensibilités de droite, gauche ou autres doivent pouvoir s’entendre, j’ai relevé ou propose, sans prétendre à l’exhaustivité:

– abrogation immédiate de la taxe carbone, non négociable, sauf éventuellement pour les 20% qui vont réellement à l’écologie,
– abrogation immédiate de la TVA sur la TICPE, l’imposition de l’impôt étant scandaleuse, et diminution de la TICPE, non négociable
– augmentation immédiate du pouvoir d’achat par revalorisation de 10% du SMIC et des minimums sociaux, allocations handicapés, négociable sur 2 ou 3 ans maximum
– abrogation immédiate de la hausse de CSG sur les retraites, non négociable
– abrogation immédiate du gel d’indice sur les salaires de la fonction publique et des retraites, non négociable
– abrogation immédiate de la suppression de l’ISF et de l’exit tax, non négociable (RECETTE)
– renforcement immédiat de la lutte contre la fraude fiscale et durcissement TRES FORT des sanctions, non négociable. Un certain nombre de fraudeurs sont identifiés, l’incitation à la régularisation volontaire doit prendre fin pour faire place aux sanctions.

Plan pour réduire la fraude de 50% en 3 ans. (RECETTE)

– taxation immédiate des GAFA, unilatéralement, puisque l’Europe freine…, plafonnement des « services » étrangers déductibles. (RECETTE)
– prime à la casse : pourquoi pas mais à condition qu’elle soit pour tout le monde, et qu’elle s’inscrive dans un plan écologique concerté. Il y a 40 millions de véhicules en France d’un âge moyen de 8,7 ans, on ne va pas les remplacer en 1, 2 ou 5 ans.
– Diminution et étalement du CICE ou suppression du CICE (RECETTE)
– Légalisation du cannabis récréatif et affectation des recettes à a santé publique et à l’écologie (RECETTE)

Mettons-nous d’accord, VITE, encore une fois, soyons REALISTES MAIS EXIGEANTS. Toutes les expertises doivent être bienvenues pour chiffrer les revendications, dépenses et recettes.

Toutes les « aides » proposées par le gouvernement telles que prime au remplacement des chaudières et des fenêtres ne doivent pas faire partie des revendications : on part du principe que la plupart des Gilets Jaunes n’en ont pas besoin car ils ne sont majoritairement pas propriétaires et ces charges ne leur incombent pas. C’est de la transition écologique, donc à planifier sur le long terme, et les « mesurettes » du gouvernement, concédées sous la pression populaire n’ont aucun intérêt.

Nous ne parlons pas d’écologie pour après-demain mais de POUVOIR D’ACHAT et de JUSTICE SOCIALE ET FISCALE pour aujourd’hui.

ACTIONS

  • PAS DE RENCONTRE AVEC LE GOUVERNEMENT TANT QUE CE DERNIER N’A PAS FAIT DE GESTE CONCRET PREALABLE, AU MINIMUM ABROGATION DE LA HAUSSE DE LA TAXE SUR LES CARBURANTS DU 1ER JANVIER
  • En ce qui concerne les moyens d’action, nous devons les élargir sans pour autant atteindre à l’économie du pays à ce stade, – à mon avis -, car il s’agit aussi des moyens de financement de nos revendications et ce type d’action pourrait nuire au large soutien populaire dont jouit le mouvement Gilets Jaunes. Cette position pourra bien se durcir après le 1er décembre si le gouvernement n’accède pas à nos revendications.
  • Les grandes manifestations sont visibles, il faut les continuer. Le gouvernement a laissé faire les casseurs le 24/11, il en porte la responsabilité. Nous devons continuer ces manifestations.
  • Nous devons être présents et nous faire entendre à chaque déplacement de Macron et/ou de ses ministres en France, et pourquoi pas à l’étranger, ne serait-ce qu’en portant un Gilet Jaune…
  • Nous devons être présents et nous faire entendre à chaque événement où un député, un sénateur ou un maire LREM prend part, inaugurations, meetings, etc. mais pas de harcèlement de leurs familles.
  • Il est assez facile de se procurer le programme de ces messieurs.
  • Nous devons inonder leurs comptes twitter, facebook , instagram, etc. de nos revendications, préparez vous à avoir des adresses mails de rechange car ils vous bloqueront… Pas d’insultes, ni de propos racistes, sexistes homophobes et pas de harcèlement.
  • En bref, nous devons pourrir leur communication et leur propagande politique.

ELECTIONS

  • Les élections européennes sont proches (Mai 2019). Il y a 79 députés à élire pour la France.
  • NOUS POUVONS CONSTITUER UNE LISTE, il y a largement le temps (5 mois) et c’est gratuit, sauf les bulletins pour lesquels nous pouvons organiser une cagnotte.
  • Il n’y a rien que les politiciens aiment moins que de voir des « amateurs » venir marcher sur leurs « plates-bandes »…

Plus d’informations ici :

http://www.vie-publique.fr/…/fa…/elections-europeennes-2019/

C’est une élection à 1 tour à la proportionnelle et il faut avoir au moins 5% des suffrages pour avoir des députés. Nous pouvons viser bien plus. Des députés européens en gilet jaune à Bruxelles !!! Et en plus, c’est bien payé, on pourrait même offrir un repas à 200 Euros à Darmanin et lui payer aussi du vin… Encore faudrait-il avoir envie de déjeuner avec cette tâche.

Nous devons essayer de dégager LREM du parlement européen ou réduire leur représentation au minimum. Rappelons-nous que la « taxe carbone » sert à 80% à répondre aux exigences et à la politique d’austérité (pour les pauvres) de Bruxelles avant de servir à l’écologie.

Le Président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker à l’Assemblée nationale en France le 4 décembre 2018marianne-2

ACCUEILLONS LE EN GILETS JAUNES